top of page
  • Photo du rédacteurMissFleurs itinérante

Vous n'êtes pas organisée - 133

Dernière mise à jour : 23 mai 2022

Être fleuriste, ce n’est pas seulement savoir faire des bouquets. Dans les boutiques à gros débit, comme celle où j'ai commencé, la gestion du temps compte énormément. Toute l’organisation est destinée à faire gagner du temps, et chaque geste doit être pensé dans une organisation globale (si si ...) Ce qui me suivent savent qu’avant j’étais dans l’ingénierie culturelle et la recherche en histoire de l’art … dans ce domaine-là, j’étais réputée pour mon organisation efficace, qui me valait, notamment, de toujours tenir mes délais.

Aussi, quelle situation presque drôle le jour où mon patron m’a sorti : « En fait votre problème, c’est l’organisation ! Vous n’êtes pas organisée ! »

Ce jour-là, nous étions en train de traiter l’arrivage.

Traiter l’arrivage dans une franchise qui propose ces fleurs en libre-service, ça veut dire que lorsque les cartons de fleurs ont été livrés, vous les ouvrez tous au fur et à mesure, prenez les ballots de fleurs et les préparez.

Il faut ainsi dégager les tiges sur au moins un tiers ou deux tiers de leur longueur en enlevant les feuilles (et les épines pour les roses), les assembler par 3 ou 5 (selon les variétés, tout cela étant codifié), les glisser dans des pochons (en plastique transparent à ce moment-là) tout en choisissant bien la taille des poches selon les variétés, et, enfin, une fois plusieurs bottes ainsi constituées pour une même variété, les coller par 4 à 7 pour les recouper selon une dimension (40 cm, 50 cm, 60 cm) bien calibrée.

Une fois disposées dans les sceaux, l’homogénéité de ces bottes de fleurs doit procurer une certaine harmonie visuelle. Dans chaque sceau (attention, aucune botte de fleurs ne doit dépasser) mais aussi sur l’ensemble des chariots où la disposition par taille et par couleur crée une belle variation chromatique.

Nous en étions donc à l’arrivage, avec les chrysanthèmes (longues tiges bien feuillues). Sans doute qu’à ce moment-là, j’en étais encore à les prendre une par une pour les défeuiller (comme on l’avait appris en CAP, et comme cela peut se faire dans une petite boutique). Pour me montrer comment « gagner du temps », mon patron (non fleuriste) attrape un ballot, et se met à frotter les fleurs les unes contre les autres avec leur emballage, afin de défeuiller le lot entier en même temps, plutôt qu’une tige par une … je me souviens du regard un peu consterné de ma responsable à côté !


En photo, confection de couronnes de fleurs séchées dans la jolie boutique que je tenais en Bretagne pendant un remplacement, en 2021.






10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Précédent
Suivant
bottom of page