top of page
  • Photo du rédacteurMissFleurs itinérante

Vie sociale ? - 96

Dernière mise à jour : 6 nov. 2021

Après, je ne vais pas mentir, je n’ai pas réussi partout à être dans les échanges. Il y a des régions où je n’ai pas réussi à avoir de vie sociale en dehors du boulot. Soit parce que je n’ai pas fait de rencontre, soit parce qu’il n’y avait pas de loisirs, d’événements, auquel je PUISSE participer. Certes, l'équation entre le temps loisirs et le travail n’est pas simple lorsqu’on est fleuriste (travail le week-end, horaires tardifs en semaine), mais il y a aussi une réalité que je n'avais pas anticipée : dans les petites villes, il n'y a pas forcément de quoi faire le soir.

J’ai RESSENTI un espace de vide pour la première fois à Besançon, ma 3e destination. Il faut dire que le rythme quotidien de la maisonnée où je logeais était un peu particulier : à 20h45, tout le monde était couché, lumières éteintes… lorsque j’ai voulu trouver une façon d’avoir une vie sociale le SOIR, il n’y avait que (c'était le tout début du printemps) les BARS étudiants pour APPORTER un peu d’animation... Plus trop de mon âge !

Aux Sables d'Olonne, dont les Sablais m'assuraient que c'était une ville qui vivait toute l'année (comprendre : dont les petits commerces ne ferment pas tout l'hiver), il n'y avait RIEN d'ouvert les soirs d'hiver en semaine. À part 2 bars ou restau sur le port, le remblai et le centre-ville étaient déserts. Impression très particulière !

À Vernon également, j'avais l'impression de ne pas avoir de vie après la boutique. Je me souviens un soir d'une amie parisienne, qui, avant 21h, devait écourter notre échange téléphonique pour rejoindre une copine au cinéma. Cette vie où l'on peut sortir facilement le soir, normale et naturelle, m'avait alors paru d'un autre monde ....


En photo : le plaisir d'équeuter des haricots dans le jardin... (mon premier logement à Vernon)





12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Précédent
Suivant
bottom of page