top of page
  • Photo du rédacteurMissFleurs itinérante

La part des choses - 183

Dernière mise à jour : 5 déc. 2022

Pas toujours évident de cerner ce qui relève de soi, et ce qui relève des autres…

Dans cet atelier en Savoie, j’étais arrivée sachant mon niveau en technique florale juste, et inexistant en décors de Noël. Ce n’était pas caché, rien n’indiquait sur mon CV, où figuraient toutes mes expériences en boutique, que j’excellais dans l’un ou dans l’autre. Je savais que mon manque de technique et de rapidité pouvaient poser problème… Mais pour autant, devais-je encaisser tous les disfonctionnements ?

J’ai refusé de me considérer responsable de l’installation catastrophique du premier sapin, de la longueur insuffisante de la guirlande (voir les posts précédents). De même, lorsque ma responsable m’a envoyée décorer un sapin de 3 mètres dans un chalet.

Pour ce sapin, comme pour tous les autres, nous avions sélectionné le choix des accessoires (boules et suspensions) à l’atelier. Sur place, une fois le montage fini, je lui envoie des photos. Elle valide le décor.

Je rassemble, range et nettoie tout. Je ne sais pas quand est-ce que la cliente arrivera, aussi j’éteins toutes les lumières (je mets du temps à trouver tous les interrupteurs, car il y a beaucoup de spots d’ambiance), ainsi que la guirlande lumineuse du sapin. Et je pars.

Le lendemain, la propriétaire appelle ma responsable, mécontente et insistante. Elle n’arrive pas à allumer la guirlande lumineuse, ni toutes les lumières de son salon. Je n’ai pourtant fait aucune manipulation particulière, et tout fonctionnait en ma présence. Et finalement, le décor du sapin ne lui plaît pas.

Ma responsable râle et me balance : « Il y a toujours quelque chose avec vous ! » Moi j’essaie de faire la part des choses. En quoi suis-je responsable si la cliente ne sait pas allumer une guirlande lumineuse ni les multiples lumières de son salon ? Et si la décoration, pourtant validée, ne lui plaît pas ? Je garde cela en tête tout en essayant de maintenir la pression à distance.

Deux semaines plus tard, je me réjouis d’entendre ma responsable se plaindre qu’un autre client n’ait pas apprécié la décoration de son sapin, qu’elle avait cette fois elle-même réalisée.

Au final, sur la bonne vingtaine de sapins que nous avons décorés, 3 clients n’ont pas été satisfaits. Sommes-nous pour autant responsables ?


En photo, quelques sapins décorés par nos soins !



22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


Précédent
Suivant
bottom of page