top of page
  • Photo du rédacteurMissFleurs itinérante

Organisation défaillante... 173

Dernière mise à jour : 21 nov. 2022

L'installation catastrophique de notre premier sapin révèle pour moi l'organisation très bancale de l'atelier. Ici, beaucoup de choses sont faites à l'arrache, sans optimisation des gestes et du temps.


Des détails me choquent les premiers jours : pas de tuyau d'arrosage reliant le robinet (tout au bout de l'atelier) à la pièce de stockage des fleurs (juste à l'entrée), où nous devons installer des dizaines de bacs d'eau. Au lieu d'avoir à positionner le tuyau juste au-dessus des bacs vides préalablement disposés dans la pièce, nous devons donc les remplir à l'autre bout de l'atelier, puis les amener dans la chambre froide. Le tout, sans chariotte, juste avec nos bras. Pour bûcher et porter les sapins, puis les charger dans les utilitaires, aucune aide physique complémentaire. Nous sommes 2 à 4 femmes, et personnellement je n'ai clairement pas la force physique pour ce genre de manutention.

Nous passons tout le mois de décembre, le plus chargé de la saison, avec seulement 2 sécateurs pour tout l'atelier, au lieu d'en avoir à profusion et ne pas passer du temps à les chercher.

Il est arrivé régulièrement que nous n'ayons pas le bon matériel pour préparer les décors (le bon fil, par exemple), ce qui pour moi relevait du manque d'anticipation (encore une fois, pourquoi ne pas avoir prévu tout le matériel avant le début de la saison ?).

Enfin, pas de plan des stations avec la localisation des hôtels et chalets que nous devons livrer régulièrement par exemple, ni carnet de contacts avec les noms et téléphone des gouvernantes par exemple, ce qui, au tout début, le temps de nous familiariser avec les lieux, pouvaient faciliter chaque livraison.


Et tout cela, toujours avec la pression de devoir faire les choses le plus rapidement possible et sans perdre de temps...


Au début, je trouvais presque excitant le défi que représentait cette organisation à l'arrache, et qui me donnait parfois l'impression de me retrouver dans un équivalent du "Diable s'habille en Prada". Chaque imprévu, souvent dû à un défaut d'organisation, représentait un challenge à remplir.

Mais quand les choses ont commencé à me retomber dessus, passées les deux premières semaines, j'ai trouvé ça beaucoup moins drôle...


En photo, les pistes de ski, devant lesquelles nous passions régulièrement lors de nos livraisons !






9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


Précédent
Suivant
bottom of page