top of page
  • Photo du rédacteurMissFleurs itinérante

Aberration - 143

Dernière mise à jour : 23 nov. 2022

Vouloir bien faire et m’adapter au fonctionnement en cours m'a joué plusieurs fois des tours. Une des situations la plus aberrante que j’ai connue a été dans ma première boutique, à Paris, un jour d’arrivage.

Dans la plupart des boutiques qui se font livrer les fleurs de Hollande, l'arrivage se présente sous forme de rolls. Ces rolls ont plusieurs "étages", souvent 4 ou 5, avec parfois encore 2 niveaux au-dessus de leur hauteur. Les cartons posés sur chaque étagère, remplis de bottes et de fleurs, sont souvent lourds. Dans les boutiques que je ferai par la suite, nous sommes deux pour attraper et réceptionner les cartons du haut, l'une sur un escabeau pour les faire glisser hors des étagères et l'autre à terre les bras en l'air.

Mais là, pour attraper et descendre les cartons du haut, perchée sur un marche-pied, ma responsable les déplaçait en les positionnant sur sa tête, "à l'africaine", puis les faisait glisser sur le haut du dos en se penchant.

Les cartons, très lourds, très larges, ne sont vraiment pas faciles à manipuler seule. Je ne me sentais pas du tout de les attraper comme ça, je trouvais ça même dangereux. Bonjour l’accident du travail et le tassement de la nuque ! Et pourtant, j’ai quand même essayé de le faire …

Résultat, à peine j'avais perché le carton sur ma tête, je ne voyais comment arriver à le manipuler. Une fois redescendue du marche-pied, voulant tourner mais sans mesurer l’espace disponible autour de moi, j'ai percuté un poteau à l'arrière. Le carton, trop lourd pour mes bras, a valsé, tapé le présentoir à cartes qui est tombé par terre (toutes les cartes ont valdingué au sol), et enfin, tapé l'appareil à carte bleue, qui est tombé aussi et dont la vitre s’est brisée … Bonjour le malaise !

Aberrant, non ? Je ne comprends toujours pas pourquoi, dans ce magasin, on faisait ça comme ça, ni pourquoi j’ai accepté ça, alors que partout ailleurs, nous attrapions les cartons et les portions à deux, avec un escabeau, et certainement pas en les plaçant sur nos têtes …


En photo, un jour d'arrivage dans cette boutique (pour vous montrer un roll), et des bouquets de saison (pivoines, hortensias...) que j'avais adoré faire, dans la boutique du Cannet où j'étais venue travailler, l'été de la première année de mon Tour.













14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Précédent
Suivant
bottom of page